Δευτέρα, 3 Αυγούστου

Position Commune Des Syndicats Des Travailleurs Du Tourisme de France-Grèce-Italie-Chypre-Turquie-Serbie Pour La Protection Des Travailleurs Du Tourisme

image_pdfimage_print

Les millions de travailleurs des secteurs du Tourisme et de la Restauration et de nombreux autres qui travaillent dans des activités qui en dépendent, ont reçu un grand coup à leur revenu et à leurs droits de travail avec la pandémie du COVID-19 qui touche toute la planète depuis le début de l’année.

Il est maintenant clair que le Tourisme, représentant un 29 % des exportations mondiales des services et un 7 %  des exportations totales, demeure toujours une marchandise qui coûte trop cher et qui est très vulnérable à des catastrophes et autres phénomènes naturelles, à des pandémies, à des guerres et à des concurrences.

Le déclin de 70 % de l’activité dans le secteur du Tourisme  au niveau mondial pour 2020 que prévoit l’Organisation Mondiale du Tourisme des Nations Unies (UNWTO), montre que plus de 110 millions de postes de travail sont en danger imminent. Les collègues qui travaillent dans des pays à forte activité touristique, comme les pays de l’Europe du Sud et ailleurs, se trouvent actuellement en une situation très difficile, puisqu’ils ont très peu de chances de trouver du travail dans d’autres secteurs.

En ce qui concerne les mesures prises par les gouvernements, elles ne sont pas seulement inadéquates pour la classe ouvrière, mais, en plus, alimentent les monopoles avec de nouvelles privilèges et de grosses sommes d’argent, prises par le « nécessaire » des peuples, afin que l’on garantisse aux monopoles un nouveau cycle de rentabilité.

Les revenus du Tourisme qui touchent la somme de 2000 milliards de dollars pour chacune des années précédentes ont crée une immense richesse pour les grands groupes d’entreprises, qui veulent maintenant charger le fardeau de la nouvelle crise économique sur les travailleurs et leurs familles.

Contrairement à eux, les travailleurs du secteur dans les hôtels, les restaurants, les cafés font face soit au danger de la pandémie soit au chômage.

       Dans de nombreux pays, comme en Grèce, en France et en Italie, les syndicats ont développé d’importantes luttes pour que les travailleurs du secteur restent débout et forts. Pour empêcher les gouvernements et les grands patrons à supprimer des droits de travail et à la Sécurité Sociale avec se servant de la pandémie comme prétexte.

        L’espoir se trouve encore une fois à l’unité, à la lutte et à la solidarité entre les travailleurs de tous les pays, de tous les secteurs. Malgré les différences à leur intensité et à leur durée, les problèmes

sont partout les mêmes. Et la solution, elle aussi, est la même.

       Les revendications qui nous unissent dans tous les coins de la Terre sont le phare pour coordonner nos efforts et pour mettre en avant les intérêts et les besoins de nos familles. Personne ne doit rester silencieux, personne ne doit rester seul, personne ne doit rester sans protection de son revenu et de sa santé. Il ne faut se contenter des allocations de faim.

NOUS EXIGEONS

  • Que l’État et le patronat garantissent les revenus des travailleurs qui n’ont pas été réembauchés par les entreprises dans lesquelles ils travaillaient avant la pandémie.
  • Protection des chômeurs, suspension des paiements de toutes les factures de ménage, arrêt des ventes en enchères et de toute saisie de biens .
  • Des embauches dans les hôpitaux, la réquisition des établissements de santé privés, la gratuité et la rapidité pour les examens et les tests nécessaires pour le COVID-19.
  • Annulation des licenciements effectués jusqu’à présent et interdiction des licenciements pour la période à venir.
  • Application des normes de santé et de sécurité sur les lieux de travail

Pays – Union

France-FédérationCGT Du Commerce Et Des Services

Grèce – Syndicat Des Travailleurs Du TourismeEt De L’hôtelleried’Athènes

Italie-USBTourisme

Chypre-SYXKA PEO

Turquie-TOLEY Is Izmir

Serbie-SLOGA

Comments are closed.