Παρασκευή, Μάιος 24

Nous Condamnons L’attaque Fasciste Des CES-CSI Contre Les Unions Départementales, Les Fédérations Et Les Syndicats Qui Se Rassemblent Au Sein Du PAME

image_pdfimage_print

Avec un communiqué provocant et répugnant, copiant le texte du chef du parti fasciste de l’Aube Dorée, les CES-CSI attaquent les militants syndicalistes grecs qui luttent depuis tant d’années contre les mémorandums et les mesures anti-travail, les qualifiant de «malfrats» !!!

Dans un communiqué conjoint, la Confédération européenne des syndicats (CES) et la Confédération Syndicale Internationale (CSI), les instruments des entreprises multinationales, de l’OTAN et UE dans le mouvement syndicaliste, ils qualifient de «malfrats» les dizaines de délégués présents à la Conférence de la Confédération, les Présidents des Fédérations, des Unions départementales et des Syndicats de la Grèce et ils appellent l’entrée des élus dans le lieu de la Conférence une «invasion»!!!  

Tellement est provocant le communiqué des CES – CSI que la mafia syndicale de la GSEE a tenté de dissimuler les expressions spécifiques de la traduction grecque ! 

Évidemment, pour eux, la démocratie est mise en œuvre en excluant ceux qui sont en désaccord avec eux ! Leur démocratie est celle qui emploie des voyous armés et qui est soutenue par les fascistes de l’Aube dorée. Leur démocratie, ce sont des Conférences Syndicales avec les employeurs, des forces de répression, les policiers en civil, mais sans les travailleurs !!!   

Voilà quels sont les « syndicalistes » de la direction de la GSEE soutenus par les CES-CSI lors de la conférence de Rhodes du 4 avril 2019

Voilà quels sont les « syndicalistes » de la direction de la GSEE soutenus par les CES-CSI lors de la conférence de Rhodes du 4 avril 2019

Et sur ce lien on peut voir des photos de « l’armée » que les représentants de la CES-CSI en Grèce ont apporté avec eux à la Conférence de la Fédération des Employés du Secteur Privé de Grèce.

sunedrio-idiotikon-upallhlon-11

Voici les tweets de l’Aube dorée et de l’homme d’extrême droite Tzimeros reproduits par la CES-CSI

L’attaque, les insultes, la calomnie contre les syndicalistes élus par les travailleurs grecs est une preuve du rôle qu’ils jouent. La CES-CSI visent à maintenir à la direction de la Confédération des Travailleurs de Grèce (GSEE) une mafia syndicale et pour cette raison, ils tentent d’exclure du congrès de ladite Confédération la deuxième force en nombre de voix qu’ils traitent de « minorité stalinienne » !!! Les CES-CSI reproduisent des mensonges et des calomniés que l’Aube Dorée nazie utilise contre les syndicats de classe. Plus que ça, elles reprennent les appels fascistes pour de la répression et des persécutions contre les syndicalistes militants grecs. 

La CSI peut bien avoir changé son nom, mais elle suit exactement les mêmes pratiques de la CISL (ICFTU) : afin de mettre à l’époque la GSEE à la CISL, on avait assassiné le secrétaire général de la GSEE, Mitsos Paparigas, on avait mis en exil et en prison la direction qui avait été élue par un 80% des délégués pour enfin, tenir un « congrès » auquel assistait l’ambassadeur des Etats-Unis de l’époque avec le but de faire imposer leurs plans.

Les CES-CSI avec l’UE et la FMI et la mafia syndicale à la direction de la GSEE ont soutenu de tout moyen l’application des mesures anti-ouvrières et des memoranda en Grèce.

  • La CSI, lors de son congrès en 2010, avait invité comme intervenant principal le premier ministre de la Grèce qui avait appliqué le 1er mémorandum.
  • Lors du référendum de 2015, la mafia syndicale de la GSEE, avec le soutien des CES-CSI avait appelé les salariés à accepter le troisième mémorandum de l’UE et de la FMI.
  • Elles ont aussi signé ensemble la baisse du SMIC de plus de 30% et ont accepté l’attaque contre les droits des ouvriers.
  • Plus de 40 ans après la Dictature, elles ont invité encore les forces de répression dans les syndicats et c’est les fascistes assassins de l’Aube Dorée qui les félicitent et les soutiennent !

Les interventions des CES-CSI sont une honte pour chaque ouvrier, pour chaque syndicaliste honnête ! Elles constituent une violation flagrante de l’indépendance des organisations syndicales nationales et une intervention brute dans les affaires internes d’une organisation syndicale.

Encore plus, elles constituent une attaque directe, une calomnie et une insulte contre des syndicalistes élus membres du Conseil Général de la GSEE et de la deuxième force au sein d’elle, parce que ceux-ci sont porteurs de la ligne de la lutte des classes, de la position que les patrons ne doivent pas entrer dans les syndicats.

Le mouvement syndical de classe de la Grèce, mais aussi, depuis que ces événements ont eu lieu, plusieurs syndicats de divers horizons avec leurs propres interventions soutiennent la lutte pour des Syndicats des ouvriers et pas de syndicats des patrons.

Chaque syndicat, indépendamment de son positionnement politique et de son orientation, doit, s’il est un syndicat des ouvriers, condamner la nouvelle intervention flagrante des CES-CSI aux affaires internes du mouvement syndical grec.

Il faut dénoncer l’attaque et les mensonges contre les délégués élus des ouvriers grecs !

Les seuls responsables à se positionner et à traiter les questions à la GSEE sont les travailleurs de la Grèce.

Comments are closed.